Inhabituel à Madagascar et sous le regard attentif de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture), FIA (Foire Internationale de l’Agriculture – Agribusiness – Agroalimentaire) s’annonce comme une plateforme d’excellence de 14000m² où l’on pourra non seulement découvrir, sur une surface voisinant les 1.000m², plus d’une quinzaine de filières soutenant le développement de l’agriculture et l’élevage mise en œuvre dans le pays, mais où seront également présentes une centaine d’organisations paysannes, lesquelles vont de leur coté matérialiser par l’exposition de leurs produits l’ensemble de ces filières.

Un autre espace de plus de 2000m² sera assurément l’attraction vivante de cet événement unique dans toute la région indianocéanique, nous voulons désigner en particulier le monde de l’élevage. Dans ce périmètre où nous aurons notamment une valorisation des dernières innovations en matière d’exportation du miel malagasy vers l’Europe – cette filière n’est plus concernée par l’embargo des produits carnés – ou ailleurs dans le monde.

Autre espace encore, qui mettra en perspective les outils permettant d’améliorer les rendements agraires, celui de la mécanisation agricole qui s’étalera sur une surface de plus de 500m².

Nous ne pourrions passer sous silence l’espace BIO (500m²) domaine dans lequel la Grande ile excelle et pourrait par l’augmentation de son activité, améliorer substantiellement notre balance du commerce extérieur.

Enfin tous les espaces restants, (soit 10.000m²) qui seront occupés par l’ensemble des projets appuyant techniquement et financièrement le monde agricole, sans oublier sur le volet agroalimentaire l’entreprise valorisante de tous les transformateurs qui par leur travail contribuent à la localisation de la valeur ajoutée dans le pays, puis pour terminer toutes les sociétés de service et autres activités connexes accompagnant efficacement ce vaste secteur de l’agriculture et de l’élevage.

En clair, la FIA, par son approche résolument holistique de ce secteur, permettra à chacun d’apprécier la pertinence de notre propos convaincu que nous sommes que Madagascar a vocation à devenir une véritable puissance verte. Si nous devions nous en convaincre définitivement, une ponctuation gastronomique permettant la découverte des produits du terroir malagasy sera possible en faisant une halte gustative chez l’Artisan/delicatessen ou par une pose au niveau du food court innovant et purement malagasy.

En effet, il n’aura échappé à personne que la finalité et les enjeux de ce secteur sont et demeurent celui des questions qui ont trait à l’alimentation donc au bien être de tout à chacun.

Joseph RASETA, connu pour être l’un  des fondateurs et théoriciens de la rénovation malgache, qui a fait l’objet du fameux serment de la montagne, déclara au gouverneur général de la colonie de l’époque, je cite « Je suis médecin certes, mais je suis également cultivateur, j’aime travailler la terre au milieu des paysans. Avec eux, je laboure, je pioche. Mes mains n’ont jamais dédaigné la boue de nos terres… notre force est dans les paysans »

Telle devait être, dans les années 40, la profession de foi d’un véritable patriote malagasy ayant compris que seule l’agriculture et l’élevage pouvaient améliorer les conditions de vie du plus grand nombre de citoyens malagasy.

 

En ce début du troisième millénaire, force est de constater que nous assistons à une véritable mobilisation du monde agraire à Madagascar où les enjeux sont maintenant clairement édictés et connus de tous. Cette prochaine édition de la FIA (Foire Internationale de l’Agriculture – Agribusiness – Agroalimentaire) est déjà la chronique d’un succès annoncé tant l’on observe un engouement sans réserve du monde rural en provenance des quatre coins de l’ile pour rallier un événement international inhabituel à Madagascar. Cette foire sera d’une certaine façon la possibilité de faire un état des lieux et de faire savoir notre savoir faire.

 

Retenant déjà l’attention des investisseurs internationaux, la FIA sera l’occasion d’une mise en avant de toutes les filières malagasy actuellement opérationnelles dans le pays avec de surcroit une tête de gondole qui sera formalisée par une exposition ayant pour thème : « Madagascar ! Il était une fois des produits premium » donnant en traduction libre dans la langue nationale : « Madagasikara !…Indray andro hono ireo vokatra misongadina indrindra ».

 

Bien entendu, plusieurs secteurs seront particulièrement valorisés comme l’élevage, l’univers de l’horticulture, le monde des produits BIO, la mécanisation agricole ou des produits manufacturés faisant appel à des matières premières naturelles. Cette liste n’est pas exhaustive et nous pouvons vous assurer que tous les aspects de l’ensemble de la chaine opératoire seront représentatifs.

Soyons ambitieux pour Madagascar! ou Sahia ho an’i Madagasikara! est nous semble-t-il l’injonction médiatique qui sied le mieux à cette prochaine expérience événementielle Vita Malagasy .

Stileex, que nous avons connu auparavant comme une ONG œuvrant pour le développement du numérique en Afrique, mue et se transforme en revue en ligne. Son objectif ? Aider son lectorat à réussir en décryptant et en analysant le monde qui nous entoure au travers de résultats de sondages terrain, de portraits, de success-stories d’entrepreneurs, ou encore d’articles de fond. Tout ce contenu forme une collection de ressources disséminées dans diverses rubriques sur stileex.xyz

On y trouve, notamment, une étude sur les habitudes de voyage à l’étranger des Malgaches, un article où sont décryptées leurs destinations préférées, celles qui les font le plus rêver, ainsi que leurs expériences de voyage. Autre sujet d’analyse : l’état des lieux des moyens de paiement internationaux disponibles à Madagascar. Il s’agit d’un article exhaustif mettant en avant toutes les possibilités offertes aux Malgaches désireux de rapatrier des devises au pays. Côté logiciel, la Revue Stileex propose divers classements dont plusieurs sur les logiciels de gestion. Avec le classement des 11 meilleurs ERP gratuits par exemple, elle vient en aide aux organisations qui auraient du mal à s’en sortir dans la jungle des progiciels de gestion intégrés. Vous pourrez, entre autres, y comparer les plus et les moins d’Openflex avec d’autres ERP comme iDempire ou Xtuple mais aussi comment obtenir une pour votre logiciel.

En tout temps, l’équipe s’assure d’éditer du contenu informatif de qualité qui apportera une réelle plus-value à ses lecteurs. Tout ce contenu est classé dans des rubriques assez variées pour que tout le monde y trouve son compte. L’équipe de la rédaction Stileex adore d’ailleurs les débats et accueille avec enthousiasme tous commentaires, polémiques et même critiques. Cette revue ludique n’a vraiment rien à voir avec ce dont nous avons eu l’habitude jusqu’ici, car elle offre un point de vue critique au lecteur en se mettant à sa place et en abolissant tous styles de rédaction barbants et peu informatifs.

La Revue Stileex, qui au passage est gratuite, propose aussi une newsletter hebdomadaire, un moyen pratique pour recevoir leurs décryptages et analyses directement dans notre boîte email. Il suffit de s’enregistrer gratuitement sur stileex.xyz et le tour est joué.

Cette année encore la SIM, ou le Salon de l’Industrie de Madagascar, a connu un franc succès, réunissant de nombreux acteurs économiques malgaches et étrangers. Nouveauté 2018, la troisième plateforme économique de l’année s’est engagée sur la voie de la croissance économique durable au travers de différentes résolutions comme la lutte contre la concurrence déloyale des produits d’importations et favoriser ainsi les industries locales. Une volonté qui fait écho à une loi sur le développement industriel adoptée par le Conseil des ministres en 2017. Ce faisant, Fredy Rajaonera, Président du Syndicat des Industries, espère une forte croissance d’ici 2025 où les industries représenteront 25% du PIB national.

 

C’est pour appuyer ce développement qu’Openflex, un produit lui-même malgache, a voulu participer à l’événement. Openflex, c’est l’ERP dans le cloud dont l’ambition et de numériser les PME et de les aider à se développer avec des outils simples à utiliser, mais assez efficaces pour rivaliser avec les produits mainstream. Du « Vita Malagasy » qualitatif qui contribue à l’économie du pays.

 

En ces quatre jours de salon, comme à chaque événement, Openflex a cumulé les ventes et n’a pas manqué de titiller la curiosité : étudiants, mais aussi jeunes entrepreneurs et badauds étonnés ont trouvé grâce à ce logiciel cloud une raison de plus d’entreprendre et de s’informatiser. Les plus intéressés sont repartis avec un module en cadeau : « Achat&Stock ». Un premier pas dans la gestion informatique de leur activité.

 

Parmi les modules phares de l’événement, « Vente&CRM », le module star a beaucoup fait parler de lui. On a en effet pu sentir une réelle tendance des visiteurs à vouloir mieux connaître leurs clients pour doper leurs ventes. Le module « RH&Paies », plus connu comme étant un logiciel de fiche de paie, nouvellement lancé, a également intéressé pas mal de monde.

 

Autre surprise qu’Openflex a réservée aux visiteurs : un espace dédié au recrutement. Atout Persona, la société distributeur d’Openflex, est en effet à la recherche active de nouveaux talents pour apporter un regard neuf sur le produit et le marché en perpétuelle évolution. La SIM a donc été le terreau idéal pour rencontrer des candidats potentiels aux métiers de demain qu’Openflex a envie d’offrir.

 

Bien qu’il y ait eu moins de personnes par rapport aux deux premiers salons organisés par l’agence Première Ligne, les visiteurs ont pu bénéficier d’offres spéciales tout en découvrant de nouvelles industries malgaches. En tout cas, une chose est sûre : la qualité des produits made in Madagascar n’a rien à envier à celle des produits importés, surtout qu’ils proviennent de ressources locales et qu’ils contribuent au commerce équitable.

Midi Madagascar